top of page
le fil conducteur

Existe-t-il un langage sensoriel universel qui permettrait d'exprimer ce que nos sens savent du commun ?

IMG_4785.HEIC

Nommer avec nos des mots fait partie de la rationalité apprise, de notre éducation, pour vivre en commun. Il est parfois difficile de s'en détacher pour imaginer de nouvelles idées.
Face à cette rationalité, l'intuition - guidée par les sens - nous mène aux confins de l'impensé, pour mieux imaginer de nouvelles idées.
Elle est la clé pour imaginer des solutions quand le mental est à court d'idée, rêver, révolutionner.

La rationnalité vient par la suite, pour mettre en oeuvre ce qui a été visualisé.

Instagram post - 145.png

Alors, pour mieux la comprendre et l'apprivoiser, je l'explore en créant des peintures comme des coupes histologiques de sensations ressenties face à une expérience sensorielle commune (la pluie, la plage, une île).

 

Qu'est-ce que mes sens me disent face à la mer ?

Ou quand j'écoute telle chanson ?

C'est ce que j'essaie d'explorer à travers mes peintures.

Elles sont surtout un support pour initier une discussion : 

"et toi, qu'est-ce que tu ressens quand tu la regardes ?"

Sans donner mon titre en premier, afin de voir si ce langage coloré a éveillé le même souvenir chez le public.

Des discussions qui alimentent mon explorateur de vulnérabilité et qui permettra, peut-être un jour, de dessiner une encyclopédie des sensorialités.

Rien n’est jamais prévu.

Parfois c’est un son, une interaction, un phénomène naturel, ou les mots d’un roman qui m’animent depuis plusieurs jours, et j’ai besoin de leur donner une texture, une forme, un mouvement.

Tous ces éléments banals provoquent en moi des stimulus qui ont besoin d’être matérialisés sur du papier afin d’être reconnus, puis digérés.

La chaleur que provoque la matérialisation de ces stimulus quotidiens sur mon papier est similaire à celle que je ressens lorsque je médite. Un état d’être là, au bon endroit.

Je n’ai plus qu’à suivre mon intuition et laisser le mouvement venir.

ma démarche

Si je commence à m’interroger sur l’esthétique - au sens académique - de ce que je produis, mon inspiration se rétracte, se referme sur elle-même.

Une projection mentale vient entraver ma liberté de m’exprimer.

Seul le cadre de mon papier est autorisé à s’immiscer dans ma recherche. Il est là et je dois m’en accommoder, voire m’en inspirer, me laisser guider par ses irrégularités.

L’intuition est maître, mon regard final me dira si je souhaite le partager

Capture d’écran 2024-01-04 à 18.57_edited.jpg
Le fil conducteur de mes peintures est ce papier de mûrier, produit à la main au Népal.
Ses 1600 carrés façonnent la struture de mon langage synesthésique
Il est la syntaxe qui me permet de retranscrire l’ensemble des stimulus que les interactions du quotidien éveillent chez moi
mon support
IMG_5432.JPG

La structure de son quadrillage et l'irrégularité de ses textures m'offrent un espace pour explorer un langage sensoriel abstrait

Sa modularité me permet d'explorer ses potentielles identités

Est-il toile ou objet ?

mon intention

" J’aime que mon travail devienne le point de rencontre

de mille et une interprétations

Ses textures et ses couleurs offrent à chaque sensibilité la liberté de ressentir

D'oser interpréter sans autre outil que l'intuition

C'est un espace de reconnexion à nos sens

pour mieux s’extirper - un instant - de l’hyper-rationalité

Une méditation visuelle inspirée des éléments qui font notre quotidien (pluie, persienne, coucher de soleil) mais qu'on oublierait parfois de regarder

Pour mieux les sublimer "

oeuvres
peintures
La pluie_79,5x54_edited.jpg
la pluie
À l’oreille, le bruit de la pluie a l’air régulier, comme si les gouttes tombaient de manière coordonnées sur le sol. En réalité, celles-ci se posent aléatoirement sur différents revêtements, ce qui crée son rythme apaisant.
Ainsi, à la manière de ces gouttes, ces carrés semblent former des traits réguliers créant un équilibre, un rythme, alors qu’ils ont été peins là aléatoirement. Les différentes couleurs font écho à la multiplicité des supports sur lesquels se posent les gouttes, et donc les différentes sonorités qui en découlent.
Acrylique sur papier de mûrier, 79x54cm, 2023
Exposée au Salon des Arts Maisonnais 2024
métanoïa
“Le terme grec μετάνοια métanoïa est composé de la préposition μετά (ce qui dépasse, englobe, met au-dessus) et du verbe νοέω (percevoir, penser), et signifie « changement de vue » ou « changement de regard » qui voit la pensée et l’action se transformer de façon importante, voire décisive.

Cette peinture est inspirée du mouvement intérieur qu'on ne voit pas mais pourtant se dessiner. À l'allure chaotique, les pensées sont en réalité en train de s'ordonner petit à petit pour créer une nouvelle logique, un nouveau modèle de pensée.
Acrylique sur papier de mûrier, 79x54cm, 2023
(vendue)
Métanoïa_79x54_edited.jpg
Labyrinthe 80par54cm - 1200dkk.jpg
soleil couchant
“Près de disparaître sous l’horizon”

Cette oeuvre est une exploration visuelle des raies de lumière du soleil, invisibles à l’oeil nu et pourtant fonction de notre environnement puisqu’elles se révèlent dans tous les objets qu’elles éclairent.
En fonction de leur immobilité, de leur angle et de leur substance, les rayons incidents et réfractés font un angle différent.
Acrylique sur papier de mûrier, 79x54cm, 2023
la plage
Grève, rivage bordant la mer, couverts de sable ou de galets.”

La plage est inspirée du va-et-vient de l’eau au bord de la mer. Celui-ci produit trois zones plus ou moins distinctes : le sable à la teinte relativement uniforme, les caustiques de l’eau ainsi que la zone de rencontre, aléatoire en fonction du courant.
Acrylique sur papier de mûrier, 79x54cm, 2022
(vendue)
plage.jpg
AphexTwin_79,5x54_edited.jpg
Aphex Twin
Cette peinture est née de l'écoute de l'album "Selected Ambient Works 85-92" d'Aphex Twin. Allongée sur des petits coussins lors d'une écoute organisée à Paris par le collectif Sonorium, face au plafond industriel marqué par les carrés (ici les carrés bleus), j'ai commencé à imaginer les rythmes et sons déambuler autour de cette structure carrée.
Explorer la rencontre entre structure et fluidité, mouvements imprévus mais toujours équilibrer, transposer le mouvement en couleur sur papier quadrillé.
Acrylique sur papier de mûrier, 79x54cm, 2023
jardin d'hiver
Quand le gel hivernal qui s'était déposé sur l'herbe durant la nuit s'évapore grâce au soleil qui se lève. La petite brume qui s'éveille m'a inspiré le mouvement de cette peinture. Entre froid glacial et violet pour l'excitation de la journée.
Acrylique sur papier de mûrier, 79x54cm, 2022
Jardin d'hiver_Lucie Gauthiot_79,5x54_edited.jpg
coquillages4.jpg
coquillages et crustacés

Interprétation visuelle des paroles de La madrague, interprétée en 1963 par Brigitte Bardot.

“Le train m'emmènera vers l'automne

Retrouver la ville sous la pluie

Mon chagrin ne sera pour personne

Je le garderai comme un ami

Mais aux premiers jours d'été

Tous les ennuis oubliés

Nous reviendrons faire la fête aux crustacés

De la plage ensoleillée”

Acrylique sur papier de mûrier, 79x54cm, 2022
(vendue)
isola, l'île
L'île est comme une cellule séparée d'un ensemble qui forme un tout. C'est l'espace qui existe entre elle et le continent qui nous permet de voir sa beauté ; mais également de prendre de la distance avec le continent, pour mieux y revenir.
L'espace n'est pas un vide, il est un sublimateur de ce qui est là, devant nos yeux. Qu'on oublie parfois et qui pourtant est constitutif de l'expérience du voyage, qu'il soit géographique, méditatif ou onirique.
Acrylique sur papier de mûrier, 79x54cm, 2022
Isola - L'ile _ Lucie Gauthiot_ 79,5x54_edited.jpg
Coeurs_79,5x54_edited.jpg
battements de coeurs
Peinture inspirée d'un livre de tissages et de broderie au point de croix. Partant d'un coeur, j'ai exploré comment les lignes de coeurs pouvaient finalement se transformer en l'affichage d'un électrocardiogramme grâce à la superposition des différentes lignes de motifs.
Situé à la frontière entre textile et peinture, cette oeuvre interroge la zone de rencontre entre des domaines que le mental aime à séparer et qui pourtant proviennent de la même matière : l'intuition. 
Acrylique sur papier de mûrier, 79x54cm, 2023
expositions
à venir
Salon des Arts Maisonnais
27 mai au 16 juin 2024
Théâtre Claude Debussy
Maisons-Alfort
expositions
Solo exhibition - Institut Français du Danemark
Premier semestre 2025
Copenhague, Danemark
passées
Guldbergsgade Edition - Collective exhibition
23 février - 25 février 2024

Copenhague, Danemark
Link - Collective exhibition 
26 mai 2023
Copenhague, Danemark
Unknowns - Collective exhibition
24-26 mars 2023
Copenhague, Danemark

Sinon, j'aime aussi créer des oeuvres

sur-mesure à partir d'un son, d'un souvenir ou de ta personnalité.

Capture d’écran 2024-04-04 à 11.24.10.png
IMG_0001_edited.jpg
C'est l'histoire de Mette.
Pour célébrer la thèse de son compagnon, elle a décidé de lui offrir une peinture inspirée d'un graphique qu'il a utilisé ces quatre dernières années. Pour ce faire, elle m'a donné les graphiques, donné des couleurs qu'elle appréciaient et qui iraient avec la vibe de son intérieur.
Et voilà, le tour et joué !
Peinture sur commande, Acrylique sur papier de mûrier, 79x54cm, 2023
Peinture sur-mesure
l'inspiration
bottom of page